Ministère Parole Vivante

Libérée de la fibromyalgie

image_pdfimage_print

J’étais en Italie, sur l’Adriatique. Je tenais depuis quelques jours des réunions de guérison, la journée nous tenions des séminaires de guérison, et le soir des soirées « foi et guérison ». Plusieurs personnes avaient témoigné être guéries pendant ces réunions. Je n’étais pas seul, j’étais accompagné d’une équipe formée de mes hôtes et de membres de différentes églises locales. Un de nos objectifs était de former les gens à prier pour les malades.

Une personne n’osait pas avancer pour recevoir la prière. Peut-être ne se sentait-elle pas digne d’être touchée par le Seigneur, ou était-elle gênée de venir devant tout le monde. Toutefois, elle demanda à sa tante (elle et son mari étaient mes hôtes), si avant que je ne parte pour ma prochaine étape, elle pouvait passer à la maison et nous rencontrer et ainsi prier pour elle. Sa tante a directement dit que oui, et l’a rassurée que cela ne m’aurait absolument pas dérangé de prier à la maison pour elle.

Une fois arrivée, elle me raconte une partie de sa vie, et surtout de la maladie qui la terrorisait constamment, à savoir la fibromyalgie.

La fibromyalgie une maladie chronique causée par une augmentation de la tension musculaire. Elle provoque des douleurs fortes et constantes dans les muscles, les tendons et les ligaments. Ces douleurs se déplacent dans différentes parties du corps. Cette maladie provoque des troubles du sommeil, une forte diminution de la force physique, beaucoup de fatigue et d’anxiété.

Pour cette jeune femme, c’était comme avoir des douleurs constantes dues à de l’acide dans les muscles de tout son corps. Elles étaient atroces. Chaque jour, elle prenait des analgésiques puissants. Au moment où elle vient me voir, la douleur était située au niveau de sa hanche.

La fibromyalgie l’avait presque rendue invalide. Depuis près de 10 mois, elle ne pouvait pas travailler parce qu’elle avait beaucoup de peine à sortir du lit en raison des fortes douleurs. Il n’y avait rien à faire. Elle a malheureusement dû quitter son emploi et même changer de ville pour être proche des membres de sa famille qui pouvaient ainsi l’aider. Sa fatigue était telle, qu’elle n’était plus en mesure de s’occuper correctement de son enfant.

Elle avait participé à quelques-unes de nos réunions, elle était contente de ce qu’elle entendait et voyant, mais en même temps, elle avait peur d’être déçue. Toutefois, pendant le message, Dieu lui a parlé droit dans le cœur lorsque je dis à l’auditoire : « Peu importe ce que nous avons fait de mal dans notre vie. De toutes façons nous ne méritons rien de la part de Dieu. Mais en dépit de cela, Il veut quand même nous guérir. » Elle fut tellement touchée parce qu’en fait, ce que je disais par l’Esprit de Dieu, c’était son histoire. Elle se sentait trop infâme pour recevoir la guérison ; « pourquoi, » pensait-elle, « Dieu devrait-il me guérir, moi qui suis si indigne de Lui ? » Ensuite, un autre membre de l’équipe avait prophétisé que le Seigneur voulait restaurer des gens. Cette parole l’avait fortement touchée parce que c’était ce qu’elle avait besoin d’entendre. Alors, elle se dit : « Peut-être que Dieu a un plan pour moi. Je n’ai rien à perdre en demandant la prière ». Mais elle n’osa pas avancer, et resta figée sur sa chaise.

Toutefois, juste avant que je ne quitte la région pour me rendre à Rome pour d’autres réunions, elle est venue chez sa tante, et nous avons commencé à parler. Je lui demande ce qui n’allait pas. Elle avait honte de dire pour quoi prier. Mais une fois qu’elle prit son courage en mains et qu’elle m’a dit quel était le mal qui la rongeait, je lui dis tout simplement : « Souviens-toi que la fibromyalgie n’est qu’un nom. Et que le Nom de Jésus est plus grand que tout autre nom y compris celui de la fibromyalgie. Lorsque tu te sens malade, dis qu’au nom de Jésus tu es guérie. » Elle était émerveillée. Pour elle, c’était une formidable révélation : Le Nom de Jésus est plus grand que le nom de la fibromyalgie ! Je pouvais voir une lueur d’espoir sur son visage, ses yeux étaient radieux.

Nous avons donc prié pour elle, j’ai pris autorité sur la maladie confessant, en effet, que le Nom de Jésus était plus grand que celui de la fibromyalgie, et que ce nom-ci devait s’agenouiller devant le nom de Jésus. Ensuite elle est rentrée chez elle.

Elle racontera plus tard qu’après la prière, sur le chemin du retour, elle ressentit une forte chaleur sur tout le corps. Cela la perturbait un peu, car elle ne savait pas ce que c’était. Elle pensait que c’était de l’autosuggestion, mais elle se fit une raison que ce devait être le Seigneur qui était entrain de la toucher. En effet, depuis ce jour, elle n’a plus ressenti aucune douleur.

Attention, à un certain moment, des douleurs passagères étaient revenues, mais, elle fit ce que je lui avais prescrit, à savoir : elle ordonna à ces douleurs de partir au nom de Jésus et elles ont disparu au bout de quelques secondes.

Elle dit plus tard que dorénavant, elle pouvait marcher plus d’une heure à un rythme très rapide. Elle pouvait quitter la maison et mener une vie presque normale. Elle n’avait plus ces douleurs. Et n’avait plus besoin d’utiliser des analgésiques.

Ce fut une transformation pour elle et pour ses amis. Beaucoup de gens savaient qu’elle était malade. Mais aussi, qu’elle n’était pas si proche de Dieu et en voyant qu’elle était guérie, la foi de plusieurs de ses amis avait aussi grandi. Bien qu’elle ne se senti pas digne d’être guérie, le Seigneur l’avait guérie. Elle accepta le fait que malgré ses imperfections, elle était une enfant de Dieu, et que Celui-ci avait des projets d’espérance et de bonheur pour elle.

Non seulement cela, elle prit courage et décida de commencer à prier pour les autres malades. Elle comprit que ce ne sont pas ceux qui prient pour les malades qui les guérissent, mais que c’est le Seigneur Jésus Christ qui guérit. Ceux qui prient, ne sont que des instruments entre Ses mains.

Bien qu’elle ne se senti pas digne d’être guérie, le Seigneur l’avait guérie

Elle avait découvert que la guérison de Dieu est un don que Dieu octroie à ceux qui la Lui demandent. Il n’y a aucune qualification nécessaire de notre part pour recevoir la guérison. La seule qualification est de croire que Dieu nous aime assez pour nous guérir – quel que soit notre style de vie. Certes, notre amour pour Lui, nous transforme, le Saint-Esprit change nos désirs, et petit à petit, nous remplaçons notre mauvais style de vie par un style de vie qui plaît à Dieu.

Alors qu’elle se demandait comment elle aussi pouvait être utilisée par le Seigneur pour aider les gens autour d’elle, elle me demanda quand j’avais réalisé avoir ce don de guérison. Elle me rappela alors plus tard que je lui avais répondu : « Quel don ? Nous pouvons tous être utilisés pour la guérison car c’est un signe promis à tous ceux qui croient, à tous ceux qui sont des disciples de Jésus ».

Ainsi, elle avait réalisé qu’elle pouvait aussi être utilisée par le Seigneur. Avec de la consécration et la volonté d’être utilisé, nous pouvons nous lancer et commencer à prier pour les autres. Et maintenant, c’est ce qu’elle fait. Elle partage autour d’elle l’amour de Dieu, en toute simplicité. Quand des opportunités se présentent, elle prie pour les malades, pour ses amies, pour les membres de sa famille, et elle fait confiance à Dieu pour qu’Il agisse dans leurs vies.

Merci Seigneur parce que nous pouvons tous nous attendre à recevoir la guérison et à la communiquer autour de nous.

Donato Anzalone

Donato Anzalone

Get in touch

Collaboratively harness market-driven processes whereas resource-leveling internal or "organic" sources. Competently formulate.